20th Century Boys Live – Le Massacre

« 20th Century Boys » (20世紀少年) est certainement l’un des manga(s)  si ce n’est le manga que je vénère le plus. Cette oeuvre magistrale de Naoki Urasawa qui s’étale sur 22 volumes est certainement avec Monster (du même auteur), ce qui se fait de mieux en matière d’intrigue tordu bien compliquée mais qu’on ne lâche pas. Et puis voilà qu’est sorti l’été dernier au Japon (et très prochainement en France), le 1er chapitre d’une version live qui en comptera trois. Annoncé comme le plus gros budget de l’histoire du cinéma japonais, il est l’événement de 2008.

Je ne vais pas m’attarder sur l’histoire (wikipedia est là pour ça) mais disons qu’une bande de jeunes se créent un scénario de fin du monde et pas de pot, une fois adulte, ce scénario prend forme sous l’égide d’un mystérieux « Tomodachi » (Ami).

Commençons par ce qui va bien : C’est très fidèle. Les acteurs ressemblent aux personnages originaux, les lieux sont ressemblants, toutes les péripéties ont l’air présente. Il n’y a pas à dire, on ne se sent pas trahi et on aura pas fait subir à Urasawa ce que l’on a pu faire subir à Tolkien.

Continuons par ce qui ne vas pas : C’est trop fidèle. A priori, je me disais que vue la complexité de l’oeuvre originale et l’énorme gallerie de personnages importants, des coupes de scénarios allaient pleuvoir. Mais que nenni ! Le réalisateur s’est mis en tête de ne pas adapter mais de porter purement et simplement l’oeuvre originale. La version live est donc ultra-fidèle au manga et ce que l’on pouvait redouter est arrivée. Si tout y est, comment faire tenir le tout dans 2h15 environ ? Et bien en omettant toutes les explications et tous les développement qui liaient cette délicieuse soupe qu’est 20th Century Boys. Et c’est purement et simplement indigeste.

A vrai dire, ce 20th Century Boys Live est l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire. A vouloir trop coller au papier, le film n’est qu’une suite de séquences sans liens directes entre-elles où l’on nous balance du nouveau personnage toutes les 5mns. Pour celui qui aura déjà lu l’oeuvre (mon cas), c’est déjà difficile (mais on arrive à remplir les trous et les omissions d’explication), alors imaginons pour le quidam, c’est mission impossible. A trop nous asséner, on ne rentre pas assez en empathie avec nos sympathiques héros qui vont sauver le monde et c’est dommage. Jackson, en trahissant un peu (beaucoup ?) Tolkien aura mieux réussi que Yukihiko Tsutsumi (réalisateur de ce 20th Century Boys).
Pour le reste, on reste dans de la production typiquement japonaise : Si nos amis nippons sont très pros dans les CGs de jeux vidéos, pour les intégrer dans des films live, il y a encore du travail. Beaucoup de scènes d’anthologie (surtout à la fin), mais quelques séquences pas terrible terrible.

Alors voilà, gros gros regret pour ma part. Le film n’est pas à jeter, loin de là, mais franchement, j’en attendais beaucoup mieux. Et si une adaptation live avait dû être faite, elle aurait du l’être en série et non en films. « Monster », également en 22 volumes, aura eu la chance d’une magnifique adaptation en anime avec pas moins de 74 épisodes. Difficile pari que cette trilogie. Vivement une versions director plus explicite.

Allez, je vous laisse quand même la bande-annonce, sans sous-titre, désolé.

http://www.youtube.com/watch?v=J3kBzJ2G_Us

Auteur : Aguolo

啊国, アグオロ, Aguolo, Goss'Bô,... Tel est le nom du maître des lieux.

1 réflexion sur « 20th Century Boys Live – Le Massacre »

  1. C’est ça le problème des adaptations… On peut partir avec de bonnes intentions, mais tout foirer parce que le format ne colle pas…

    Certains se plaignent de l’adaptation du film Doom, alors que bon, à la base y’a pas de quoi fouetter un chat… Alors imagine ce que c’est avec une oeuvre plus complexe…

    J’aime beaucoup Monster, mais pour le moment je n’ai lu que quelques volumes de 20th, je compte bien lire la suite un jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*