Naoki Urasawa/Patrick Auwen – Monster… Inspirations troublantes

Sous le soleil magnifique de cet été de tous les records, je me décidais, très logiquement, à parcourir les rayons de mon supermarché local quand je tombe sur la tête de gondole du rayon bouquin et sur la couverture de « Monster » de Patrick Auwen et là j’accroche…

J’accroche car telle la madeleine pénétrant le palais d’un certain Marcel se remémorant alors son enfance à Combray, la petite pointe sur le T de « MonsTer » me rappela immanquablement un ancien compagnon de chevet dont je dévora avec vîle appétance les 18 tomes : le manga « Monster » de Dieu Naoki Urasawa, dont le premier volume parut au Japon il y a 15 ans.
Si seule l’excroissance sur le « T » semblait commune, j’aurais épargné à toi lecteur ce sujet, mais c’est en lisant le pitch de ce « Prix 2009 Maison de la Presse » que j’ai senti comme un léger malaise :

Pitch de « Monster » de Patrick Auwen :
« Je m’appelle Paul Becker. Je suis médecin. Je vis dans une petite ville, en Floride. J’ai une femme, un fils, un boulot que j’aime. Une existence ordinaire. Jusqu’au jour où je découvre un téléphone portable. Un patient l’a perdu pendant une consultation. Un homme étrange. Dangereux. Soudain, ce téléphone sonne. Et ma vie bascule. Complots. Meurtres. Disparitions. Toutes mes certitudes vont s’effondrer. Pourquoi je vous raconte tout ça ? C’est très simple… Votre vie va basculer aussi. »(…)
S’enclenche alors un engrenage diabolique : sa femme Claire et son fils Billy disparaissent et Paul, trouvé en possession du portable, est soupçonné

Pitch de « Monster » d’Urasawa Naoki :
Par une nuit de 1986, une décision d’ordre éthique va conduire le docteur Kenzo TENMA à sauver la vie d’un enfant aux dépens de celle du maire de la ville. Comment pouvait-il savoir que son acte aurait de telles conséquences? Car l’enfant qu’il a sauvé, a grandi, et semble être le dénommé « Monster ».
L’histoire débute en Allemagne et démarre en 1986, à l’Eisler Memorial Hospital de Düsseldorf. Kenzô Tenma, le personnage principal, est un jeune neurochirurgien japonais à la compétence hors norme. Il est destiné à une brillante carrière et fiancé à Eva Heineman, la fille du directeur de l’hôpital. Pourtant, un jour il refuse de donner en priorité ses soins au maire de la ville et préfère opérer un garçon blessé d’une balle dans la tête, arrivé à l’hôpital avant le maire. La sœur jumelle du garçon, très choquée, est elle aussi hospitalisée ; leurs parents adoptifs viennent d’être assassinés sauvagement chez eux. Le garçon s’en sort, mais le maire, confié à un autre chirurgien, décède. Le Dr Tenma est alors rétrogradé par le directeur de l’hôpital, père d’Eva et celle-ci le quitte. Peu de temps après, le garçon et sa sœur disparaissent, suite aux meurtres mystérieux de trois hauts responsables — dont le directeur — de l’établissement.
Neuf ans plus tard, Tenma découvre l’auteur des meurtres : Johann, ce garçon de 10 ans qu’il avait sauvé semble être devenu un monstre semant la terreur autour de lui. C’est l’inspecteur Runge de la police criminelle — un homme rigide à tendance obsessionnelle — qui reprend en charge l’enquête après la police de province allemande ; il soupçonne évidemment Tenma, qui avait gagné le poste de chef de service de chirurgie suite aux décès de ses collègues. S’appuyant sur les faits plutôt que les rumeurs s’amplifiant autour de la personnalité du Dr Tenma, Runge le poursuit sans relâche, tandis que ce dernier est à la recherche de Johann, pour l’arrêter.

Quand même un peu troublant : Deux oeuvres dont le titre est « Monster » (titre assez peu répandu) traitant d’un docteur/médecin recevant un patient/blessé qui s’avère être en réalité un « Monster » responsables de meurtres. Notre héros docteur deviendra l’objet de soupçons. Et pour couronner le tout, deux typographies de titre assez similaires (voir ce-dessous).

 Monster - Bauwen/Urasawa - Analyse de la couverture

Troublant. D’autant plus qu’il n’est nulle part référence à un quelconque lien.
Alors bon, je ne vais pas parler de plagiat. Le livre traitant d’un criminel pédophile, le manga, d’un enfant criminel objet d’expérience en Allemagne de l’Est.  Mais bon, ça fleure tout de même l’inspiration non assumée et ça, c’est assez regrettable.

Auteur : Aguolo

啊国, アグオロ, Aguolo, Goss'Bô,... Tel est le nom du maître des lieux.

12 réflexions sur « Naoki Urasawa/Patrick Auwen – Monster… Inspirations troublantes »

  1. Tain… Sérieux c’est abusé… Il y a un film « Monster », mais aucun rapport avec le manga… Mais là ce roman c’est vraiment flagrant que le gars a pompé dessus…

    Les gars ont dû se dire « c’est qu’un manga de merde pour otaku foireux », on peut reprendre le truc sans problème, personne viendra nous faire chier.

    Bien vu Kuso Usagi !

  2. Yo Kuro…
    C’est clairement troublant et le pire, c’est qu’il y a pas un mot sur ce genre de similarité.

    J’ai vu qu’un studi hollywoodien avait les droits cinématographiques pour la version Urasawa.
    J’suis pessimiste là-dessus car 18 volumes en un film, ca va être chaud. Y a qu’à voir l’adaptation des japonais de 20th Century Boy. Dur de faire plus maladroit.

  3. Bah ça, des adaptations officieuses ça existe… J’ai pu constater ça avec The Strangers, film US bien foireux qui ressemble fortement à ILS, un film français… C’est quasiment la même chose, je veux dire que l’idée de base est la même…

    Je n’ai pas lu le manga Monster, mais j’ai bien kiffé l’anime. Le fait de voir tous ces personnages… Je suis du même avis que ça sera très difficile de les développer dans un film au format classique…

    20th, j’ai préféré ne pas regarder les films, vu que j’avais commencé le manga, d’ailleurs faudrait que je m’y remette !

    Enfin bon, je déteste les adaptations et remake et c’est pas prêt de changer…

  4. Ca a pas empécher Blood d’être pas trop mauvais.
    Pour 20thCB, comment peux-tu ne pas l’avoir fini. J’l’ai quasi lu d’une traite en une journée. On sent qu’il ramouillait un peu sur la fin mais ça se tient.

  5. Bah on va dire que j’ai pas été emballé, j’ai lu que deux tomes il me semble… Mais bon, lire devant le PC alors que c’est nettement mieux avec le truc en main… Pour ça que j’ai pas continué en fait. Mais pas mal de monde aime bien, donc je m’y mettrais quand j’en aurais l’occasion.

    Je suis pas du même avis que toi pour BLOOD… Je reconnais que le film d’animation est assez pauvre, mais que l’histoire a été un peu gonflé dans l’anime et le manga, ce qui lui donne plus de matière. Le problème c’est le film live en lui-même… Ca fouette, tant les FX que tout le reste… J’ai trouvé ça ridicule, alors que bon, Chris Nahon, c’est quand même Le Baiser Mortel Du Dragon et ça c’est un putain de film, mais non… BLOOD ça pue… Même les effets sur les combats je trouve ça bien moisi… Pourtant j’y croyais avec JJH et le premier trailer… ^^’

  6. Le Baiser Mortel du Dragon… Evidemment, y a pas photo…

    Au fait, en parlant de Blood, le petit village m’avait sur le coup beacoup rappelé « Higurashi no Naku Koro ni ». Si t’as pas maté, je te conseille…

  7. ah la la…

    les manga visant un public restreint en france, c’est toujours le bon plan de s’en ‘inspirer’, ça permet d’avoir des bonnes idées pour pas un rond et en plus on est rarement grillé.

    le truc que je regrette un peu dans cette histoire, c’est pas tant le fait qu’ils « s’inspirent » (on peut pas empêcher le plagiat), mais le fait que certains gagnent des prix avec ces oeuvres « originales », sans parler de certains critiques qui ont du crier au génie.

    A chaque fois je peux pas m’empecher de penser à Tarantino et surtout à l’affaire Mark Maggiori (qui n’est même pas mentionnée sur son wiki, lol)

  8. ps : heureusement que y’a les américains pour foirer leurs plagiats, comme la version US de Battle Royale par la WWE (The Condamned avec Stone Cold Steve Austin), comme ça pas de mal XD

  9. Higurashi no Naku Koro ni, je connais que de nom et ça a l’air vachement GURO… ^^’

    C’est ce que je regrette aussi Joe… C’est un peu la même chose avec les remakes de films…

  10. Faut vraiment être creux pour prétendre avoir créé quelque chose en l’ayant pompé à ce point. Sans le reconnaitre. Sans même s’en excuser.
    Quand je pense à l’affaire Maggiori ça me fout la gerbe de savoir qu’un gars comme ça arrive a des postes à responsabilité, genre réal sur une série tv (dont on a plus entendu parler depuis. que ça lui fasse les pieds) alors que tout leur bagage artistique, ou la plus grande partie, n’est basé que sur du vent. Le type même son projet de fin d’étude il l’avait pompé ailleurs. Pour en arriver là où il est il doit quand même un peu toucher dans son domaine, je comprends pas comment il peut vivre impunément et sans scrupule avec ce genre de comportement.
    Fin bref.

    A part ça, le film live de Blood est vraiment médiocre en tout point :s

    Les US feraient mieux de créer au lieu de resucer de partout dès que quelque chose a un peu d’intérêt hors de leurs frontières.

  11. @ Joe :
    J’connais pas c’t’affaire. J’enquête…
    Pour revenir à ce cas, ils ne se rendent pas compte que le web aujourd’hui fait que l’on ne peut plus vraiment pomper d’une source obscure d’un pays lointain sans que cela soit détecté un jour ou un autre.

    @ Kuro :
    Go for it, c’est trop kawaii comme série

    @ Tinba :
    J’l’ai pas trouvé mauvais mauvais. A vrai dire, parmi les adaptations d’anime ou manga, il fait parti du haut d’un panier généralement, je te l’accorde, médiocre (Dragon Boule…). La seule adaptation de qqch de japonais qui m’aura convaincu, bien que super tordu, aura été le Silent Hill de notre ami Gans qui avait fait également un Crying Freeman qui bien que sans moyen, manquait pas d’élégance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*