« Votre profil est surdimensionné, Monsieur. Aurevoir… »

Les jours passent et se ressemblent…

.. et dans la foulée d’un post précédent, voici les dernières fantaisies des RH.

En effet, ça devient vraiment extrêmement compliqué de même trouver un petit boulot pour payer le loyer car entre le Bac et le Bac+5, je n’ai pas de diplômes et pour des positions, même en CDD, destinées à Bac+2, on demande des diplômes pour prouver la chose.

On pourrait penser qu’à la rigueur les entreprises ou sociétés d’intérim se contreficheraient d’avoir un « surdiplômé » (j’aime pas ce mot) mais que nenni, au contraire, dixit « Homme-Pouvoir »:

« Notre client ne nous en a pas encore fait part mais nous pensons qu’à la fin des 2 mois de la mission, ils proposeront des CDI, or avec votre formation Monsieur, vous n’accepterez pas un tel CDI et cela nous désservirait ».

Qu’ils auraient voulu m’achever qu’ils n’auraient pu s’y prendre de meilleure manière.
Voilà !!! un CDD Bac+2 pouvant conduire à un CDI, l’agence ne veut prendre le risque d’un refus du candidat pour ce CDI et conséquemment se refuse à proposer des missions à des candidats à risque. Bienvenue dans le royaume du n’importe quoi. Même si cela semble sommes toutes logique, c’est dur à avaler car in fine, ça ne fait pas rentrer de l’argent dans le porte-monnaie.

Chinois – Leçon 1, « Introduction »

Bon, ayant commencé des lecons basiques de chinois ailleurs, pourquoi ne pas en faire profiter ici tient.

J’essaierai de continuer un peu plus régulièrement mais ca devrait deja vous donner une bonne idée basique de la chose.

1/ Qu’est-ce que le chinois:
Mandarin (Chine) + Cantonais (HK, Guangdong) + une quantité astronomique de dialectes (d’un village à l’autre, les dialectes différent).
Sachez qu’une personne de Shanghai pourra ne pas comprendre une personne de Hangzhou (à 200km de distance) si elle parle dans son dialecte. Les dialectes sont très différents et n’ont pas forcément d’équivalence à l’écriture. On peut les parler, mais pas toujours les écrire.

ICI, ce que nous apprendrons est essentiellement le chinois le plus parlé en chine, le putonghua 普通话 (commun language) alias, le mandarin.
Le cantonais, vous pouvez l’entendre avec tous les artistes de HK, ou dans le quartier chinois a Paris. Il est beaucoup plus chantant et généralement notre idée du chinois correspond au cantonais.

2/ Le pinyin ? C’est quoi ?
C’est la transcription officielle du chinois mandarin dans notre alphabet. A la différence du cantonais qui a une sorte de pinyin un peu bancale.

3/ Les Hanzi (idéogrammes)
Il y en a beaucoup… vraiment beaucoup. Depuis pas si longtemps, ils utilisent les idéogrammes simplifiés (moins de traits), alors qu’à HK on utilise les traditionnels (bourrés de traits) et à taiwan, où l’on parle en mandarin, on est entre les deux… et on y utilise les tradtionnels. Les japonais emploient les idéogrammes traditionnels (genre… le DAI de « Mondai ») et les simplifiés (le GAKU de gakusei)

4/ Un japonais peut-il lire le chinois, et le contraire ?
Oui et non… un exemple… 先生 (chinois: xiansheng, monsieur; japonais: sensei, professeur). Mais bon, dans l’ensemble ça ne pose pas trop de problème, pour beaucoup de mots, ils utilisent les mêmes idéogrammes (simplifiés ou traditionnels).

5/ On commence ?
Dernière précision… en chinois, pas de conjugaison, pas d’article, pas de genre, et une grammaire très approximative. On peut facilement parler en mettant les mots ensembles (un truc bien cool):
Exemple:
– Je veux manger du poulet = Wo xiang chi ji (Je – vouloir – manger – poulet)
– Demain, je mangerais du poulet = mingtian, wo yao ji chi (demain – je – (futur) – poulet – manger)

le tout étant de respecter un ordre qui parfois, dans le language parlé, change selon les usages.

6/ La difficulté ????
Evidemment, les idéogrammes, qui sont composés de 1 ou plusieurs parties. et les 4 intonations… une montante, une haute constante, une descendante et une descendante/montante… C’est l’enfer. Car pour chaque mot, faut les connaitre, et donc pratiquer la langue et répéter… répéter… répéter. Car aussi bien en français, quand la copine à Aguolo lui parle en french, il arrive a comprendre en dépit de son horrible accent, aussi bien un chinois, si l’accent n’est pas PRECISEMENT l’accent correct, il ne comprendra pas. Ce n’est pas de la mauvaise foi, c’est juste très très très stricte.

7/ Enfin:
Pour lire les idéogrammes, IE6 suffit amplement, il suffit d’installer les languages… allez chez microsoft pour voir comment, sinon, pour ecrire, win2000 ou XP sont nécessaires il suffit d’installer le chinois et là, un sympathique systeme permet d’écrire en pinyin, avec retranscription après en idéogrammes (comme le systeme pour ecrire en japonais). Il y a des programmes payants sinon, mais bon, je ne les utilise jamais.
————————————————————————————

LECON 1

On compte (entre parenthèses, la prononciation)

1 Yi [i] 一
2 er [are, a prononcer un peu a l’anglaise] 二
3 san [saaaaane, très court] 三
4 si [su] 四
5 wu [wou] 五
6 liu [lio-ou] 六
7 qi [tchiiiiiiiii] 七
8 ba [ba] 八
9 jiu [djio-ou] 九
10 shi [chu] 十
11 = 10 – 1 = shi yi 十一
12 = 10 – 2 = shi er 十二
20 = 2 – 10 = er shi
34 = 3 – 10 – 4 = san shi si
100 = 1 – 100 = yi bai (bai… prononcé « baille ») 一百
500 = 5 – 100 = wu bai
3000 = 3 – 1000 = san qian (qian… « tchienne ») 三千
30 000 = 3 – 10 000 = san wan (wan… « ouane ») 三万

les personnes

Je = wo (ou o) 我
tu = ni (ni) 你
il elle = ta (ta) 他(il) 她(elle)
nous = women (ou o meune) 我们
vous (de politesse, une personne = nin (nine) 您
vous = nimen (ni meune) 你们
ils elles = tamen (ta meune) 他们(ils) 她们(elles)
etre = shi (chu) 是
question = ma (ma)…. en fin de phrase 吗 (avec point d’interrogation aussi… alors qu’il saute en japonais)

des phrases…

je suis aguolo = wo shi aguolo
我是 aguolo

tu es aguolo = ni shi aguolo
你是aguolo

es-tu aguolo = ni shi aguolo ma ?
你是aguolo吗 ?

est-il aguolo= ta shi aguolo ma ?
他是aguolo吗 ?

Un p’tit mot pas bô pour la route ???…

tamade (tama 2) …. une sorte de… « mer*** », « fait ch**** »
bendan (beine dane)…. imbécile
cao ni ma de bi (tsao ni ma 2 bi)….. va ***** le ****** à ta maman
qu ni de (tchu ni de) …… va t’faire f*******

Voilà, RV bientôt pour la leçon 2

Mon royaume pour un programme de restauration de disque dur

Et une soirée bien gachée. Les ordinateurs prendraient-ils trop de place dans nos vies ?

Imaginez un instant l’horreur… Vous êtes tranquilles à utiliser votre ordinateur chéri lorsque soudain 3 partitions disparaissent.
Vous allez sous l’administration de votre fidèle mais boiteux Windows XP pour corriger la chose et là, magie, on vous annonce que le HD désactivé n’a aucune donnée. Arghhh…
Diagnostic docteur ? Sûrement la MBR corrompue mon très chère patient. Et voilà comment quelques bits corrompus vous gâche la vie car sur vos disques, il y en a des données importantes. Et imaginer ces données disparus, rien n’est pire.

Ce sera une bonne leçon, ça m’apprendra à ne pas sauvegarder !!!

EDIT de 2h du mat’: Au moins ce problème m’aura amené à regarder tous les programmes littéraires du bout de la nuit (Des Mots de Minuit…). En attendant, Hyun, un pote de forum  m’a trouvé test drive, dispo ici: http://www.cgsecurity.org/index.html?testdisk.html, un de ces petits programmes gratuits qui vous font ce que font d’autres bien lpus encombrants coutant très souvent bien chers. Merci Hyun, tu as sauvé mes 160go !!!

Et l’Etat découvrit le SBAM…

Oui! Une préfecture peut réserver de bonnes surprises.

J’ai eu aujourd’hui à rendre quelques visites à la préfecture, à la mairie et à la CAF. Les attentes sont toujours aussi interminables.
A la préfecture, un bon conseil, il faut prendre un bon bouquin avec soi. On a beau avoir affaire à une sous-préfecture, cela ne signifie pas qu’il y aura moins d’étrangers. Au contraire, on aurait presque l’impression que le 94 accueille l’ensemble des immigrants tant l’attente fût longue. Mais bon passons.
Pour ce qui est de la CAF, idem. Un ou deux employés en plus ne serait pas du luxe car attendre 1h30 que son numéro soit appelé pour un problème qui ne durera que 5mns (dans mon cas en tout cas), ça fait mal. En tout cas même si l’organisation est perfectionnable, on sent des efforts dans le bon sens et un pré-accueil permet déjà de raccourcir les temps d’attente. Néanmoins, dès lors que l’on améliore un point de l’organisation, on en profite pour compenser le gain de « productivité » par le retrait d’un employé. Résultat:

Etat: 1 – Contribuable: 0

Finissons tout de même sur une note positive: la qualité de l’accueil. Ils ont mis un Mr ou une Mme Sourire dans chaque ministère, m’est avis. L’accueil est tellement meilleur. Que ce soit sur place ou par téléphone, les moeurs ont changé. On peut s’en réjouir à juste titre. En effet, dans d’autres pays telle la Chine où le contribuable (qui certes contribue peu) est traité comme un moins que rien. Pas un souririre, des gestes brusques et le sentiment de déranger. Je me souviens encore de cet employé de l’état-civil qui ouvertement devant nous lisait son journal pendant que nous attendions qu’il nous réponde.

En France, certaines qualités du privé (le SBAM, etc.) ont commencé à être intégré par la sphère publique. C’est un grand pas en avant qu’il faut savoir souligner

Notre entreprise est trop modeste, Monsieur…

Nouvelle tendance en terme de recrutement. Attention accrochez vos ceintures !!! C’est parti pour un grand huit dans la psychologie des recruteurs.
Tout d’abord une précision. Ceci n’est pas le post d’une personne imbue d’elle-même qui sous un prétexte fallatieux se lancerait des fleurs. Non, un simple constat et une réflexion sur un mal qui gangrenne nos sociétés : l’inadéquation et le manque de flexibilité et d’ouverture d’un marché du travail sclérosé vis-à-vis de sa jeunesse.

Round 1: « Constat »
Durant ma tournée des boîtes d’intérim, cela s’est confirmé. Il faut de plus en plus être futé pour trouver du travail. Premier mal en France, comme au Japon aussi, la valeur du diplôme. Vous avez fait ce cursus, cette école, je vous prends !!! Beaucoup pensent que cela se fait d’un type d’étude à un autre, ce qui est vrai, un bac+5 aura plus de chance pour certains postes qu’un bac+2 mais bon, rien de méchamment illogique vous me direz. Mais là où cela se dégrade c’est quand le fossé de recrutement  se situe au sein même d’une même nature d’études. Prenez HEC/ESSEC/ESCP/EM Lyon, ils ont la fameuse appellation « Grandes Ecoles » et hélas, pour beaucoup de recruteurs recevant des centaines de CVs par jour (L’Oréal, LVMH, PPR…), ces quelques lettres deviennent le déterminant de l’élimination ou non du candidat. La lettre de motivation ne sera pas étudié plus que cela et en dépit des nombreuses lettres que j’ai pu envoyé par exemple à LVMH, une seule fois ai-je pu être reçu en entretien. ESC de province oblige. Donc à tous ceux qui pensent qu’un diplôme d’ESC suffit, je vous dis « oui, si vous avez intégré une école du quatuor de tête ». Pour le reste, il faut fighter.

Injustice ? Oui et non. Soyons réaliste. Pour n’importe quelle boîtes, le service RH est une pure perte d’argent et embaucher rapidement ainsi qu’efficacement est le mot d’ordre. Hélas, quand on sait qu’être élèves à HEC ou ESSEC dépend nécessairement d’un concours d’entrée passé il y a 4-5 ans où les élèves en majorité de lycées parisiens sont fortement avantagés par des études et des boites à concours largement financées par papa et maman, on se rendra compte rapidement que cette discrimination compétitive n’est pas très « fair-play ». Au sein d’une école, beaucoup de choses changent. Donc oui, hélas et milles fois hélas, le diplôme fait encore tout en France.

Round 2: « L’hallucination »
Maintenant supposé que comme moi, vous venez d’une ESC plutôt convenablement jugée par les employeurs. Vous étiez un élève qui en voulait et vous êtes parti à l’étranger, avez eu multiples expériences plus intéressantes les unes que les autres et voilà, vous rentrez en France, vous souhaitez retrouver un travail, vous avez un parcours qui fait de vous un baroudeur capable sans doute de prendre des responsabilités mais bon… il faut bien manger !!! Et la « proprio », elle l’attend son chèque en fin de mois. Et donc en attendant le jour béni où une entreprise saura accueillir votre profil pour l’utiliser efficacement, vous souhaitez faire un p’tit boulot alimentaire. Et bien voilà, un nouveau mur se dresse contre vous.

« Monsieur, vous êtes trop qualifié, nous n’avons rien pour vous… »
« Mais, mais, mais, je ne cherche qu’un petit quelque chose temporaire… »
« Allez voir à l’agence cadre, à 200m d’ici… »

Et voilà, après les sous-diplômés, voici les sur-diplômés. Décidément dans notre chère France, on ne sait pas ce qu’on veut. que ce soit en intérim ou pour beaucoup de postes auxquels je postule, même avancé, mon profil « international », comme ils disent, fait que leur entreprise « n’est pas digne » de me recevoir.

Mais que veulent-ils à la fin ??? Je comprends, et c’est là un ardent désir, la volonté de beaucoup de « baroudeurs » de vouloir monter leur propre projet et c’est réellement quelque chose qui me tient à coeur. Je ne veux plus dépendre des désiderata et des tracasseries RH qui me bousillent la vie. Comme disait l’autre: « je veux travailler, je veux pouvoir payer des taxes ». A l’heure où beaucoup d’employés font la guerre au gouvernement pour les 35h, les chômeurs sont là, spectateurs d’un show qui non seulement condamne la rentabilité des entreprises françaises tout en narguant une population au chômage qui elle serait prête, pour beaucoup d’entre nous, à travailler le double.

M.Gaymard ne jouait pas au football

L’affaire Gaymard. En voilà une affaire qui est intéressant à bien des égars et qui donc à toute sa place sur le blog pour un peu de prose.

Elle a commencé d’une manière qui aurait pu se résoudre si vite et pourtant, là voilà se finissant moins de 2 semaines après que le scandale ait éclaté par la démission de celui qui aura la palme d’or pour la plus courte position en tant que Ministre de l’Economie et des Finances. aloons-y dans l’ordre.

Tout d’abord, le fameux appartement de 600m2. Cela e me choque pas. Lorsque l’on est Ministre de L’economie, soit le 3ème plus haut poste gouvernementale après le 1er Ministre et l’Intèrieur, on peut avoir un chez soi qui soit digne de l’image que l’on attache à la position. On peut comprendre qu’en temps de crise, certaines choses puissent être révoltantes mais un tel appartement n’a en soi-même rien de plus choquant et la médiatisation de la chose a été plutôt pénible. L’austérité, oui, mais à tout prix, non. Ce serait un hotel particulier, à la rigueur, mais ici, rien de tel. La France ferait bien mieux de se pencher sur d’autres cas où l’argent s’accumule, surtout concernant certaines personnes poussant dans un ballon. Hélas, les lois du Capitalisme ne peuvent malheureusement pas s’appliquer à la sphère politicienne et lorsque l’on vous lance qu’un Zizou par sa rareté et son prestige mérite amplement ses salaires mirobolant, il n’en va pas de même pour les prestations accordés à une position qui nécéssite bien plus de responsabilités et de matières grises. Mais M.Gaymard ne jouait pas au football. Sans doute était-ce là son tort.

Mais bon, passons le brossage dans le sens du poil et passons aux événements suivant soit la découverte par le canard ayant dévoilé l’affaire de l’appartement qu’effectivement M.Gaymard possédait dans Paris. Selon les rêgles édictées par le 1er Ministre bieeeeeeeeen avant le scandale, tout ministre disposant d’un logement dans Paris ne peut se valoir d’un logement offert par l’Etat. Or, ce pauvre Hervé en possédait un que gracieusement il louait à un ami. Là, déjà, il y a un petit problème. Mr Gaymard avait-il dès lors le droit de recevoir un logement de l’Etat, sa situation immobilière et financière l’imposait-il alors que sa femme est loin d’être au RMI. Définitivement, ça coince. Et quand en plus l’individu se défend, ça coince encore plus et histoire de ne pas entacher le gouvernement ainsi que ses potes des ministères qui lui crachaient déjà dessus, il s’en est allé. Il est vrai que dès lors qu’il n’y a plus de rapports de confiance entre un gouvernment et ses électeurs, celui-ci doit s’en aller. Ce fût sans doute une sage décision. Ca rappellerait comme un certain Béregovoy. On ne souhaitera pas à Hervé le même destin.

Etonnament, hors d’Europe, on retrouve beaucoup moins ce problême. Ce serait même le contraire. Je me souviens encore de cette chère Chine, où les plus grands dirigeants (les grands manitous), s’accaparent les places dirigeantes des plus grandes entreprises d’état tout en y plaçant stratégiquement leurs potes. Et à l’aube de leur retraite, quel bonheur que de se retrouver dans l’une de ses nombreuses villas secondaires où il y fait si bon vivre à l’abri d’un peuple encore endormi.

Mais bon voilà, pour en revenir à mon opinion sur la chose, je pense que logiquement, les choses en sont arrivées là où elles en sont aujourd’hui mais ma foi, on focalise bien trop sur un certain type de dysfonctionnement sur une certaine catégorie des grands (politiciens, hommes d’affaires…) mais on demeure aveugle sur l’autre sphère, la médiatique, qui nous fait bouffer de la m… (cf. le post précedent) tout en nous vidant nos esprits en écoutant de la m…-bis* (Les sociétés produisant les m… du post précedent) ou en nous proposant du sport pas très formateur pour nos matières grises (et 1, et 2, et 3……..) Zéro… oui, le zéro. Sans doute depuis, l’équipe de la bêtise a-t-elle vaincu celle de l’intelligence et du bon sens.

La bonne TV made in France

J’ai beau me dire qu’au nom du tout-puissant roi marketing au service du dieu pognon, on a le droit de « commercialiser » n’importe quoi, quand je vois aujourd’hui la qualité de notre télévision française, je me fais du souci pour l’intelligence du français moyen dans son futur…

Au programme de ce samedi soir familial sur la principal chaîne: Arthur et ses amis dans l’indémodable « Les Enfants de la Télé » que d’intellgientes marques sponsorisent pour nous abrutir avec force vidéos chopées à la va-vite sur la toile. Et là je me dis qu’il y a à un moment un problème d’éthique. Pourquoi les marques ne sponsorisent-elles pas un peu plus de ces programmes qui vous cultivent. En tant qu’ancien étudiant en Marketing, je demeure conscient que le but pour toute publicité est d’être visible par un maximum de personnes constituant notre coeur de cible mais içi, l’effet néfaste que je qualifierais même de cercle vicieux est le suivant:

De l’émission bête (pain et jeux) >>> Nombreux téléspectateurs >>> Intérêts des marques >>> Le producteur de l’émission bête reçoit de l’argent >>> Production d’encore plus d’émissions bêtes >>> …

Pas besoin d’être sorti de Saint-Cyr pour comprendre que quelques part, nos marques sans trop d’éthiques et avec une vision du développement de l’individu à court-terme contribuent à un phénomène qui tue notre télévision. Un peu plus d’éthique via des budgets annexes pour soutenir cette télévision intelligente, celle des grands reportages, des documentaires culturels et scientifiques, ferait du bien à tout le monde. Non seulement aurions-nous une lucarne magique que nous respecterions (et que nous respectons déjà, l’exemple de La 5 et de Arte sont probants) mais un téléspecteurs qui enfin ne ferait pas que de se vider l’esprit devant la é-nième émission débile du vendredi/samedi soir.

A bon entendeur…

Bienvenue à Chinatown… 欢迎巴黎中国城

Marié à une chinoise, il y a des coins qui sont des passages obligées… Chinatown (巴黎中国城 bā lí zhōng guó chéng) est de ceux-là.

Prenez Paris, tracez une ligne partant du 13ème arrondissement et visant le sud-est parisien, durant disons… 5-10km, le long du Boulevard Stanislas, traversant Vitry et allant vers Choisy-Le-Roi et vous voilà face à la plus grosse partie de la communauté chinoise de France.

(article en rédaction, à suivre…)

Le net m’empêche de dormir…

Docteur… C’est grave ?
Recherche d’emploi + Internet = Evil.

C’est terrible, j’ai vraiment une sale tronche.
Le jour, je me lève à 8h pêtante afin d’être prêt au cas où un appel pour entretien se produirait. En même temps, je continue mes prospections et donc je ne m’amuse pas beaucoup durant la journée.

Vient la nuit et là c’est film/blabla online/entretien de mes sites/… et in fine, j’ai désormais une très mauvais habitude qui est de me coucher vers, disons… 4h du mat’. Comme en plus je suis accroc au café, ça n’aide pas.
3-4h de sommeil par jour… Ca fait mal. Vraiment mal. Mais j’ai pas vraiment le choix. Déjà 6 mois en France et toujours pas de CDD/CDI. Au grand maux, les grands remèdes… mêmes s’ils sont douloureux.

Us et abus du droit de grêve

Grêve du Service Public prévue pour le 10 mars, la semaine où Paris jouera son va-tout pour les Jeux Olympiques de 2012. Grêves incessantes de la SNCF en dépit du système d’alerte voté l’an dernier. Grêves des professeurs. Grêves des chomeurs (magnifique concept). Grêves, grêves…

Elle est bien belle la France d’aujourd’hui !
Tout d’abord, je mets les choses au points. Je ne suis pas ultra-libéral autant que je ne suis pas extrêmistes de gauche et si l’on souhaitait m’affecter à l’un des deux camps qui forment le champs politique français, eu égard à mes opinions, on aurait bien du mal…

Mais bon… sans rentrer dans une discussion de type « le comptoir à Gégène », comme de plus en plus une majorité de nos concitoyens, voire des étrangers, le caractère trop récurrent de ce droit difficilement acquis fait qu’aujourd’hui, il en a perdu tout son sens de sursaut travailleur face à l’injustice de la sphère professionnelle.

Sait-on même encore pourquoi l’on fait grêve ? Ou finalement est-elle rentrée dans les moeurs comme une inéluctable gêne germant au fil des saisons ?

En Chine, combien de mes jeunes étudiants à la bonne époque de mes tutorats, me disaient que la France était un pays plutôt paresseux constamment en grêve. Vous m’avouerez qu’il y a mieux comme image et il est vrai qu’après, il devient difficile de faire concurrence dans ce pays émergent à d’autres pays telle l’Allemagne qui, elle, bénéficie d’une image non seulement de qualité, mais surtout de travailleuse.

Non seulement fait-il mal aux entreprises mais surtout, il fait mal à la France toute entière et hélas, oui, il a perdu son sens le plus fondamental: celui de dénoncer une injustice. Car aujourd’hui, faire grêve, c’est avant tout jouer d’un levier qui permet de facilement et rapidement faire avancer ses requêtes en termes salariales, de congés, d’heures de travail… Là où la France du secteur privée ne se permet que peu l’absentéisme, celle du public profite souvent de son monopole pour améliorer un statut de fonctionnaire déjà très favorable et peu sujet aux aléas économiques. Fonctionnaires pour la vie n’est pas qu’un mythe.

Aujourd’hui, c’est Air France qui empêchent les voyageurs de partir en vacances invoquant la manière dont l’administration de la compagnie gèrent la mort d’une hôtesse de l’air avec la mise à pied de l’employé concerné par l’enquête actuelle. Peut-on se permettre d’immobiliser la 2nd plate-forme aéroportuaire de France pour cela ? Combien d’argent, combien de journées de travail la France peut-elle se permettre de perdre ? On dit, et c’est vrai, que beaucoup d’entreprises tuent nos emplois, mais le droit de grêve amplifie ce phénomène. soyez un chef d’entreprise clairvoyant qui paiera 2500 euros (impôts compris) son employé qui a tout moment pourra se mettre en grêve afin d’améliorer sa condition, et considérez à coté la solution chinoise où dans les mêmes conditions, vous aurez entre 20 à 30 fois plus d’employés pour le même prix, avec le droit de grêve en moins et, pourra-t-on se permettre de penser, la satisfaction d’aider un pays dans son développement tout en s’implantant là ou le futur du business se décidera.

La France doit savoir se remettre au travail et il nous faut être clairvoyant sur ce point. On ne peut plus aujourd’hui se permettre d’être aussi égoïste dans nos manières de vivre.