Chinois – Leçon 2, « Prononciation + Le Nouvel An Chinois »

Comme promis, ma deuxième leçon de chinois préparée avec amour et empathie pour ceux qui souhaiterait s’y lancer la tête la première afin de pouvoir lire pur jus l’intégrale en VO des oeuvres de Pépère Mao.

Cette leçon 2 fait suite à la Leçon 1.

LECON 2
Note : entre parenthèses ( ), la prononciation à la française.

aujourd’hui on s’attaque à la prononciation, un gros pavé mais il faut en passer par là…
On commence doucement sur cette leçon, des compléments viendront plus tard
lorsque la prononciation diffère de la prononciation francaise, je le spécifie entre parenthèses.

a – o – e (è) – er (are ‘à l’anglaise’) – i – u (ou) – ü

ai (aille) – ei (eille) – ao – ou (o-ou) – an (anne) – en (eune) – ang (angue) – eng (eun’gue) – ong (ongue)

ia – ie (ié) – iao – iou/iu (io-ou) – ian (iène) – in (ine) – uen/un (uène) – uang (ouangue) – ueng (ouen’gue)

üe (ué) – üan (u-anne) – ün (u-ine)

– Pour les consonnes, pas trop de différences, mais quelques-une, les voici:

B et P sont prononcés de manières aspirés

D et T aussi

Z (DZ)

C (TS)

ZH (DJ)

CH (TCH)

SH (CH)

R (super difficile à dominer. Prenez le « are » anglais, et garder le son de li fin, le « re », bah c’est le R chinois)

J (DJ)

Q (TCH)

X (CH)

H (R comme le R espagnol, la « rota »)

Voilà, j’vous embête pas plus là-dessus, un peu de pratique

Vocabulaire: (exercez la prononciation vue plus haut)

Bonjour = Ni hao (ni rao) 你好
(ce HAO signifie « BON »)
Bonjour (matin) = Zaoshang hao (dzao-changue rao) 早上好
Bonjour (l’après-midi) = Xiawu hao (chia wou rao) 下午好
Bonsoir = wanshang hao (ouanne shangue rao) 晚上好
Bonne Nuit = Wan An (ouanne anne) 晚安
Aurevoir = zaijian (tzai djiène) 再见
Merci = xiexie (chiéchié) 谢谢
pardon = dui bu qi (doué bou tchi) 对不起
S’il vous plaît = Qing Wen (tchinegue) 请
S’appeler (nom) = jiao (djiao) 叫
(à noter que tlm ici s’appelle par nom de famille + prénom, car c’est toujours relativement court)
Aimer = ai (aille… et oui, l’amour ça fait mal, hehehe) 爱
etudier = xue, xuexi (chué, chuéchi) 学习

Construction d’une phrase:

En même temps que j’introduis les concepts, quelques nouveaux mots aussi.
Contrairement au japonais, comme on a pu le voir dans le première leçon, les chinois forment leurs phrases un peu à l’occidental: S + V + C

. J’étudie le chinois = Je + étudier + chinois = wo xuexi hanyu (ouo chuéchi hanne-u) 学习汉语
. Je vais à Shanghai = Je + aller + shanghai = wo qu shanghai (ouo tchu shanghai)上海
. Je m’appelle Aguolo = Je + s’appeler + Aguolo = wo jiao aguolo
. Je t’aime = Je + Aime + Tu = wo ai ni

Une dernière chose avant de nous quitter. En chinois, tout comme en japonais, la notion d’espace entre les mots n’existe pas. Donc avant de se lancer dans toute lecture, mieux vaux connaître un minimum de structure.

Un peu de culture ???

Le nouvel an chinois, « Chunjie » (tchuène djié, 春节), ce qui signifie « célébration du printemps » a lieu le premier jour de l’année lunaire.
La date n’est jamais fixe mais c’est toujours en janvier ou en février. Ca en fait 2 que j’ai passe ici et je peux vous dire que dans le genre, pour la totale, c’est epuisant. Et on visite Oncle Zang, et Tante Ming, et Grand Pere Tang et Mamie Xian etc etc…

Bonne Année = Xin Nian Kuai Le (chine niène kouaille le 新年快乐 ) ou Xin Nian Hao (chine niène rao 新年好 ), ce qui signifie en gros Nouvelle – Année – Bonne/Heureuse

Commencons la chronologie des festivités dans l’ordre

1/ On rentre dans sa ville natale pour voir la famille. C’est l’occasion de queues ENORMES dans les gares et de trains ARCHI bondés. Gros sujets d’actualités ici, des gens attendent 1 voire 2 jours dans la gare pour avoir leurs billets.

2/ On achête de nouveaux vêtements, c’est la rêgle, et on astique à mort la maison. TOUT doit être brillant, transparent, niquel.

3/ On achête à manger et comme dans les gares, les supermarchés sont littéralement envahis. On achête des bonbons, des boissons, des cigarettes (offrir des cigarettes en Chine, si possible de marque, est qqch de reconnus. Offrez un paquet de cigarettes et vous serez bien accueilli).

4/ La veille du jour de l’an je vous mets quelques photos de chez ma belle-famille.

La table est préparé avec une dizaine de petits verres, en l’honneur des ancetres
les bougies etc… 
et la totale 
Note de l’administrateur : En changeant de domaine, les photos ont été perdu. Elles seront repostées un de ces jours.

Avant de manger, dans une bassine, le père a rempli 2 verres puis les a versé dans la bassine, on brule quelques petites choses dedans et c’est parti.

Le repas se fait gentillement, et généralement, bcp de chinois regardent le gros gros gros show de l’année, celui de CCTV1. Cette année, on a eu le droit aux honneurs pour les anges blancs face à SARS, Zhou Wei en duo moyen moyen et Yan Liwei, le Taikonaute, pour le speech juste avant le compte à rebours.

5/ Les jours suivant, c’est le gros morceaux. La génération précédente était incitée à faire des bébés donc généralement, il y a beaucoup de tantes et oncles de chaque coté de la famille. Conséquence. Déjeuner chez les uns, dîner chez les autres. La rêgle étant d’inviter une fois chaque partie de la famille (10-15 repas pour moi). Ce sont des gros repas où coule à flot le baijiu (l’alcool de riz chinois bien bien bien fort) et ou on mange pas mal de sorte de petits pains blancs (mantou) et qui finissent généralement sur des parties de cartes (les chinois sont très joueurs de cartes) ou de mahjong.

6/ Les Hong Bao (rongue bao, 红包), ces charmants petits paquets rouges que l’on reçoit de la famille et contenant de l’argent. En tant que copain de ma copine, je reçois pour moi ceux qui lui sont destinés. C’est la rêgle (qui a dit injuste). On ne les ouvre pas devant la famille, un simple merci suffit.

7/ Les célébrations du nouvel an chinois durent normalement 2 semaines.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. A la prochaine pour la leçon 3 si je trouve le courage

Chinois – Leçon 1, « Introduction »

Bon, ayant commencé des lecons basiques de chinois ailleurs, pourquoi ne pas en faire profiter ici tient.

J’essaierai de continuer un peu plus régulièrement mais ca devrait deja vous donner une bonne idée basique de la chose.

1/ Qu’est-ce que le chinois:
Mandarin (Chine) + Cantonais (HK, Guangdong) + une quantité astronomique de dialectes (d’un village à l’autre, les dialectes différent).
Sachez qu’une personne de Shanghai pourra ne pas comprendre une personne de Hangzhou (à 200km de distance) si elle parle dans son dialecte. Les dialectes sont très différents et n’ont pas forcément d’équivalence à l’écriture. On peut les parler, mais pas toujours les écrire.

ICI, ce que nous apprendrons est essentiellement le chinois le plus parlé en chine, le putonghua 普通话 (commun language) alias, le mandarin.
Le cantonais, vous pouvez l’entendre avec tous les artistes de HK, ou dans le quartier chinois a Paris. Il est beaucoup plus chantant et généralement notre idée du chinois correspond au cantonais.

2/ Le pinyin ? C’est quoi ?
C’est la transcription officielle du chinois mandarin dans notre alphabet. A la différence du cantonais qui a une sorte de pinyin un peu bancale.

3/ Les Hanzi (idéogrammes)
Il y en a beaucoup… vraiment beaucoup. Depuis pas si longtemps, ils utilisent les idéogrammes simplifiés (moins de traits), alors qu’à HK on utilise les traditionnels (bourrés de traits) et à taiwan, où l’on parle en mandarin, on est entre les deux… et on y utilise les tradtionnels. Les japonais emploient les idéogrammes traditionnels (genre… le DAI de « Mondai ») et les simplifiés (le GAKU de gakusei)

4/ Un japonais peut-il lire le chinois, et le contraire ?
Oui et non… un exemple… 先生 (chinois: xiansheng, monsieur; japonais: sensei, professeur). Mais bon, dans l’ensemble ça ne pose pas trop de problème, pour beaucoup de mots, ils utilisent les mêmes idéogrammes (simplifiés ou traditionnels).

5/ On commence ?
Dernière précision… en chinois, pas de conjugaison, pas d’article, pas de genre, et une grammaire très approximative. On peut facilement parler en mettant les mots ensembles (un truc bien cool):
Exemple:
– Je veux manger du poulet = Wo xiang chi ji (Je – vouloir – manger – poulet)
– Demain, je mangerais du poulet = mingtian, wo yao ji chi (demain – je – (futur) – poulet – manger)

le tout étant de respecter un ordre qui parfois, dans le language parlé, change selon les usages.

6/ La difficulté ????
Evidemment, les idéogrammes, qui sont composés de 1 ou plusieurs parties. et les 4 intonations… une montante, une haute constante, une descendante et une descendante/montante… C’est l’enfer. Car pour chaque mot, faut les connaitre, et donc pratiquer la langue et répéter… répéter… répéter. Car aussi bien en français, quand la copine à Aguolo lui parle en french, il arrive a comprendre en dépit de son horrible accent, aussi bien un chinois, si l’accent n’est pas PRECISEMENT l’accent correct, il ne comprendra pas. Ce n’est pas de la mauvaise foi, c’est juste très très très stricte.

7/ Enfin:
Pour lire les idéogrammes, IE6 suffit amplement, il suffit d’installer les languages… allez chez microsoft pour voir comment, sinon, pour ecrire, win2000 ou XP sont nécessaires il suffit d’installer le chinois et là, un sympathique systeme permet d’écrire en pinyin, avec retranscription après en idéogrammes (comme le systeme pour ecrire en japonais). Il y a des programmes payants sinon, mais bon, je ne les utilise jamais.
————————————————————————————

LECON 1

On compte (entre parenthèses, la prononciation)

1 Yi [i] 一
2 er [are, a prononcer un peu a l’anglaise] 二
3 san [saaaaane, très court] 三
4 si [su] 四
5 wu [wou] 五
6 liu [lio-ou] 六
7 qi [tchiiiiiiiii] 七
8 ba [ba] 八
9 jiu [djio-ou] 九
10 shi [chu] 十
11 = 10 – 1 = shi yi 十一
12 = 10 – 2 = shi er 十二
20 = 2 – 10 = er shi
34 = 3 – 10 – 4 = san shi si
100 = 1 – 100 = yi bai (bai… prononcé « baille ») 一百
500 = 5 – 100 = wu bai
3000 = 3 – 1000 = san qian (qian… « tchienne ») 三千
30 000 = 3 – 10 000 = san wan (wan… « ouane ») 三万

les personnes

Je = wo (ou o) 我
tu = ni (ni) 你
il elle = ta (ta) 他(il) 她(elle)
nous = women (ou o meune) 我们
vous (de politesse, une personne = nin (nine) 您
vous = nimen (ni meune) 你们
ils elles = tamen (ta meune) 他们(ils) 她们(elles)
etre = shi (chu) 是
question = ma (ma)…. en fin de phrase 吗 (avec point d’interrogation aussi… alors qu’il saute en japonais)

des phrases…

je suis aguolo = wo shi aguolo
我是 aguolo

tu es aguolo = ni shi aguolo
你是aguolo

es-tu aguolo = ni shi aguolo ma ?
你是aguolo吗 ?

est-il aguolo= ta shi aguolo ma ?
他是aguolo吗 ?

Un p’tit mot pas bô pour la route ???…

tamade (tama 2) …. une sorte de… « mer*** », « fait ch**** »
bendan (beine dane)…. imbécile
cao ni ma de bi (tsao ni ma 2 bi)….. va ***** le ****** à ta maman
qu ni de (tchu ni de) …… va t’faire f*******

Voilà, RV bientôt pour la leçon 2