Le Film du Jour #5 – La Vague (Die Welle)

Il y a des films qui passent comme ça et que l’on regrette de ne pas avoir découvert plus tôt.

Et « La Vague » (Die Welle), film allemand réalisé en 2008, est de ceux-là.

L’histoire : L’expérimentation d’un professeur sur sa classe durant une semaine thématique dont le thème est l’Autocratie, histoire de voir si les jeunes, modernes, sont capables d’avoir retenu les leçons de l’Histoire, et notamment celle du 3ème Reich. Il va sans dire que l’expérimentation ne se déroulera pas comme prévu.

Le film est lui-même basé sun livre américain, « The Wave », lui-même basé sur une expérimentation de la même nature, « The Third Wave », dans la Californie des années 60.

Le film est troublant à plus d’un titre. Troublant tout d’abord par ce constat amère : le genre humain est toujours aussi manipulable : Discipline, rigueur, obéissance… sont les maîtres mots d’un engrenage pernicieux qui, sous couvert de constituer une communauté, crée surtout l’exclusion et la mise en isolement de l’autre. Troublant ensuite car tout semble si facile, si bien huilé : le professeur pourtant anarchiste et ses élèves basculeront progressivement vers cette bête immonde qu’est le Fascisme. L’enfer, c’est les autres… l’enfer, c’est le groupe.

A découvrir donc pour l’histoire, plutôt bien mise en scène avec des acteurs plutôt convaincant, et surtout pour le fait qu’il apporte un certain éclairage sur nos propres sociétés et parfois sur nos propres exigences ainsi que les mécanismes qui, sans vraiment que l’on sans rende compte, pavent le chemin des dictatures.

Laicité, mon amour

Y a des fois, la diffusion d’un OM-Atletic Madrid ou un Bordeau-AS Roma, je trouve ça malheureux car combien de millions de téléspectateurs seront détourné de débats bien plus palpitants.

Et le débat palpitant de ce soir, c’était sur Arte avec une Soirée Théma sur la laïcité. Un vrai bonheur pour l’adorateur des lumières que je suis et qui hélas déplore que tant de temps et d’efforts soient gaspillés au nom d’un être suprème.
C’est que l’état des lieux n’est pas glorieux. Entre les repas à la carte religieuse dans les cantines, les réservations de piscines selon le sexe…
Oui, l’heure est grave et même plus grave que jamais. On se souviendra du Discours de Latran (texte intégral) de notre cher Président Sarkozy en décembre 2007 durant lequel l’illuminé nous aura sorti un « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manque toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance ».

Quel malheur… Un discours qui au-delà du scandaleux, est à vomir.

Oui, la laïcité est en danger. Pendant que l’on parle à l’ONU d’une possibilité de donner aux critiques anti-religieuses le même niveau qu’une critique raciste, on s’escrime au Conseil Européen pour faire passer l’Europe comme une héritière du Judéo-Christianisme. Et la Grèce Antique ? Et l’empire Romain ? etc.

(à suivre)

Liens :

La Soirée Théma d’Arte :
Soirée Théma – Dieu : de quoi j’me mêle !
Quand la République se voile la face…
L’Europe est-elle chrétienne ?
Débat avec Elisabeth Badinter

La vie par procuration

Depuis toujours, nombreux ont été ceux qui, au détour d’une passion intense pour un individu, ont vécu leur vie dans la simple contemplation de ce qu’ils aiment ou admirent.

Il y a les amoureux de Johnny qui le suivent partout, connaissent ses chansons par coeur, et ne vivent plus que dans une adulation aveugle dans laquelle leur propre personnalité s’est effacé. Il y a ceux, mais surtout celles, qui regardent trop les interminables séries à l’eau de rose et autres soap opéra made in Fremantle en se passionant pour les destinés d’êtres scénarisés. Mais ceux qui m’intéressent le plus aujourd’hui sont ceux qui grâce à la technologie ont su se créer une nouvelle identité.

(en cours d’écriture, à suivre…)