SAV… La dictature du moindre effort

Y a des choses comme ça qui vous énerve dans la vie et qui pourtant ne sont pas grand chose. Petit coup de gueule en rêgle contre les SAV payants.

Replaçons-nous dans le contexte. Nous sommes samedi après-midi. Moi et ma compagne décidons de rester bien blottis à la maison (la région parisienne en hiver… quel bonheur !!!). Tout va bien quand soudain la connexion internet stoppe. Comme à l’habitude, on reinitialise la fameuse Freebox et haut malheur, en dépit de celle-ci, pas de connexion. Ce doit être un problème temporaire comme souvent. On sort, on rentre quelques heures plus tard… Pas mieux.

Durant la soirée, pas mieux…

A minuit, pas mieux…

Réveil en milieu de matinée, ça ne s’est toujours pas arrangé. On branche le modem de secours. Ca nous fait dire que nous avons bien fait de ne pas prendre le fameux « dégroupage total », au moins chez France Télécom, c’est service garanti 24/24h. Sur le site de Free, pas mieux, officiellement il n’y a pas d’incident réseau dans notre secteur et là, ni une ni deux nous nous décidons à nous lancer dans l’aventure du SAV et de la hotline free.

Au moins ils préviennent, ce sera 10mns. 10mns de publicité sans fin sur fond d’un Barry White sensé vous appaiser. 10×0,34 euro pour simplement joindre SAV !!! En gros quand ça ne fonctionne pas, vous payez pour signifier la chose. C’est aberrant mais c’est ainsi. Quand en plus on vous préviens en avance que cela prendra 10mns, ça en devient de l’automatisme. Tout le monde les connait les fameuses « 10mns » de chez Free.

Enfin une voix vous accueille. Bonheur, vous vous dîtes que vos problèmes sont résolus si ce n’est que… vous avez affaire à un djeun’ qui n’en sait pas plus que vous à vrai dire. Entre les « vérifiez tous vos cables », « branchez des filtres ADSL même si aucun appareil n’est branché sur la prise », etc… Ca respire le professionalisme et in fine, à 16×0,34, soit 5 euros, le prix d’un magazine d’information, on est en droit d’attendre mieux.

Alors à la fin qu’a-t-on ? La ligne en fin de journée aura été rétablie, mais au prix de 5 euros et en attendant, cette journée déconnectée ne sera pas défalquée de votre facture.

Faire payer une hotline le prix fort, voilà le genre de chose sur laquelle pourraient se pencher nos chères têtes pensantes du Parlement.