Et l’Etat découvrit le SBAM…

Oui! Une préfecture peut réserver de bonnes surprises.

J’ai eu aujourd’hui à rendre quelques visites à la préfecture, à la mairie et à la CAF. Les attentes sont toujours aussi interminables.
A la préfecture, un bon conseil, il faut prendre un bon bouquin avec soi. On a beau avoir affaire à une sous-préfecture, cela ne signifie pas qu’il y aura moins d’étrangers. Au contraire, on aurait presque l’impression que le 94 accueille l’ensemble des immigrants tant l’attente fût longue. Mais bon passons.
Pour ce qui est de la CAF, idem. Un ou deux employés en plus ne serait pas du luxe car attendre 1h30 que son numéro soit appelé pour un problème qui ne durera que 5mns (dans mon cas en tout cas), ça fait mal. En tout cas même si l’organisation est perfectionnable, on sent des efforts dans le bon sens et un pré-accueil permet déjà de raccourcir les temps d’attente. Néanmoins, dès lors que l’on améliore un point de l’organisation, on en profite pour compenser le gain de « productivité » par le retrait d’un employé. Résultat:

Etat: 1 – Contribuable: 0

Finissons tout de même sur une note positive: la qualité de l’accueil. Ils ont mis un Mr ou une Mme Sourire dans chaque ministère, m’est avis. L’accueil est tellement meilleur. Que ce soit sur place ou par téléphone, les moeurs ont changé. On peut s’en réjouir à juste titre. En effet, dans d’autres pays telle la Chine où le contribuable (qui certes contribue peu) est traité comme un moins que rien. Pas un souririre, des gestes brusques et le sentiment de déranger. Je me souviens encore de cet employé de l’état-civil qui ouvertement devant nous lisait son journal pendant que nous attendions qu’il nous réponde.

En France, certaines qualités du privé (le SBAM, etc.) ont commencé à être intégré par la sphère publique. C’est un grand pas en avant qu’il faut savoir souligner