Marco Polo #5 – Shanghai Expo 2010, Compte-rendu

Comme promis, la livraison du petit compte-rendu de visite à l’Exposition Universelle de Shanghai visitée ce 26 juin 2010…

… visitée… enfin… parcourue, car vu la taille de ce monstre culturel, plusieurs jours auraient nécessaires à cette tâche, ce que les plus masochistes d’entre-vous n’auront pas manqué de faire.

Je profite d’ailleurs de ce sujet pour lâcher la première vidéo de cette série Marco Polo 2010.

Note sur les vidéos :
– Les travellings sont plus que bof et ça a tendance à trembler… Désolé mais je demeure un gros amateur de la vidéo et non, je ne suis pas atteint de Parkinson.
– Je n’ai pas trop agrémenté la bande-son afin de laisser en live l’ambiance « chinoise »
– Elles ont été préparées avec amour en Full HD. Donc ne pas hésiter à faire péter l’option 1080P sur la droite de la barre de navigation de la vidéo

Fin de journée à l’Exposition Universelle de Shanghai – Part.1

Fin de journée à l’Exposition Universelle de Shanghai – Part.2

Petite intro…

L’Exposition Universelle de Shanghai, 中国2010年上海世界博览会 (Zhōngguó Èrlíngyīlíng Nián Shànghǎi Shìjìe Bólǎnhuì) dans la langue de Confucius, ou encore 世博会 (ShìBóHuì) pour faire court se tient durant 6 mois, du 1er mai jusqu’au 31 octobre 2010.
Comme souvent en Chine, on fait les choses en grands et à l’occasion de l’Expo, ça se vérifie : 
– 2 lignes de métros construites et dédiées à l’événement.
– Une surface principal de 3,5kms sur 1kms où se concentrent les pavillons. Ainsi qu’une autre surface, moindre en taille, sur la rive nord du fleuve Huang Pu et dédiées aux pavillons commerciaux. Le tout est divisé en zones correspondant aux différents continents avec au centre, évidemment, le Pavillon Chinois, exceptionnellement plus haut que les autres.
– Une masse colossale de visiteurs et chaque jour voit, invariablement, environ 500 000 chinois débarquer sur Shanghai à cette seule fin. Ce qui fait que les pavillons les plus connus, et particulièrement celui de la Chine, sont particulièrement inaccessibles à moins de pointer aux aurores.

A 160rmb l’entrée (env. 20€), le pass n’est clairement pas donné, surtout pour le péquin moyen (on applaudira le jeu de mot). En fait, ce prix n’est pas ce qui aura été de plus cher dans l’histoire des expositions universelles mais quand on s’apercoit que 99,9% de la clientèle est composée de chinois, on se dit qu’il le sente passé. En parité de coût de la vie, c’est comme si l’entrée à un tel événement nous revenait à 150€. Ce n’est ni la première, ni la dernière fois qu’en Chine on verra des tarifs excessifs à l’entrée du moindre lieu culturel. Je ne parlerai pas non plus du prix des repas sur place… Tarif local puissance 10.

Une tradition des expos précédentes et qui perdurent à celle-ci : le « Passeport Expo ». Chaque pavillon appose un tampon de visite sur un passeport que l’on achète sur place. Le but : Un souvenir pour les collectionneurs… le but implicite : Chaque visiteur cherchant à collectionner les tampons doit visiter tous les pavillons et non se cantonner aux plus populaires et donc, la circulation est régulée. Pas con mais je n’ose imaginer la patience de celui/celle qui aura rempli son petit carnet. Evidemment, comme souvent en Chine, il y a toujours un petit business à se faire et l’on voit déjà poindre des passeports totalement remplis vendus à prix d’or.


Une dernière chose pour en finir sur l’organisation de l’Expo : les horaires. Là, bravo ! Fermeture des pavillons à 22h, fermeture de l’expo à minuit, tranquille pour passer une soirée. Pour info, l’entrée après 16-17h est à 90rmb (env.10€).

Pour ma part en tout cas, la question de visiter telle ou telle pavillon ne se posait pas vraiment. Nous n’avions qu’une fin d’après-midi pour visiter la dite exposition et donc, l’idée de se taper des 1-2h de queue par pavillon ne nous enchantait pas plus que ça même si je ne pouvais m’empecher de ressentir comme du gachis à ne pouvoir visiter les meilleurs pavillons. Une chose à retenir si vous aussi partez visiter l’expo : préparez de bonnes chaussures car sur place, on marche beaucoup et il n’y a pas de bus à tous les coins d’allées.

Notre itinéraire…

12,5kms !!!
9,5kms à pieds, 2,5kms en bus.


On aura donc marché une petite dizaine de kilomètres en environ 4-5h de temps afin de voir un maximum possible. Difficile et fatiguant mais parcourir les allées de l’Expo quand la nuit tombe avec ses lumières est un vrai plaisir, surtout quand on aime la photo.
Départ donc tout d’abord vers l’ouest et les pavillons européens. Coupe du monde oblige, on croise un grand écran diffusant du foot. Rapidement, on perd nos illusions, il sera difficile, très très difficile de visiter un pavillon. Seul celui de la France (merci le passeport français) sera visitable sans attendre. Hélas, pour le peu que l’on a vu du dedans, c’est de l’image d’Epinal. La France et son concept de « Ville Sensuelle » (on aura au moins échappé à « Ville Romantique », où Paris s’étale sur grand écran, où l’on cuisine derrière les caméras et où Louis Vuitton semble être l’attraction majeure. Bof bof ! On aura plus eu un sentiment de pub géante pour les généreux sponsors qu’autre chose.
Encore un peu plus à l’ouest, le pavillon des pays africains (regroupé en un hangar). Le Pavillon Afrique aura été plus coloré mais on demeure encore dans l’image d’Epinal des statuettes en bois et des maisons en paille.
On sort, il fait toujours très chaud. On profite d’un des nombreux bus électriques pour passer d’Ouest en Est pour se frotter aux pavillons sensibles.
la Corée du Nord : on atteint le sommet du bon goût avec la fontaine aux petits enfants et la grotte de je sais pas quoi. Rien de bien bien culturel, on sent le pays pas trop habitué à s’ouvrir à l’extérieur et à parler de lui. Mais bon, ça aura été leur toute première expo universelle.
L’Iran aura été également visitable. La face d’Ahmadinejad nous acceuille. Les couleurs sont fluos et rococo au possible. Pas grand chose à en tirer.
Les autres pavillons, c’était l’assurance de rester une à deux heures sous la chaleur moite de l’été shanghaïen. Pas supportable et le temps (et la patience) nous manquait.

En bref, soit on n’est pas vraiment tombé sur les bons pavillons, soit finalement on en attendait un peu trop, soit un peu des deux. Sincérement, il est littéralement impossible de visiter tous les pavillons et n’ayant pas du tout préparé cette visite, on ne savait pas ce qui valait le coup ou pas. Mais bon, même après 20h, l’entrée des principaux pavillons (Chine, Japon, etc.) était blindés. On aura eu la chance unique semble-t-il que la France a eu la bonne idée de laisser ses compatriotes une entrée VIP qui ailleurs n’existait pas (les japonais à la queue avec les chinois). Néanmoins, la visite extérieure des pavillons se sera suffit à elle-même et in fine, ces 5h nous auront amplement suffit, nos pieds ne pouvant supporter une autre visite (ces mêmes pieds ne s’attendaient à l’enfer nippon qu’ils vivraient les journées suivantes).

J’aurai quand même bien aimé voir les pavillons japonais, allemands, et anglais (avec ses pointes) de plus près. Puis il y avait aussi l’Expo Culture Center, cette sorte de grosse soucoupe de V depuis laquelle la vue devait être imprenable.

Ci-dessous, une galerie des meilleurs photos, surtout celles de nuit… Que du bonheur (comme ils disent à la télé).

Prochain étape, le Japon

[mappress]